Jack Bauer un « cas » universitaire

Posté par kiefersutherlandnews le 16 juin 2011

rue89logo.gif

  

Jack Bauer, modèle controversé pour l’antiterrorisme américain

Ce n’est pas la première mise au point que tente l’armée. En novembre, avait révélé le New Yorker, Patrick Ginnegan, de l’académie militaire de West Point, était allé, accompagné de militaires et de membres du FBI, à Los Angeles rencontrer l’auteur de la série Joel Surnow, pour se plaindre de l’impact des méthodes de Jack Bauer sur le staff de l’armée. Derrière la rencontre, le groupe Human Rights First également organisateur d’une visite à l’équipe de Lost. Un prof de droit de West Point cité par le même article déplorait les références permanentes que ses étudiants militaires faisaient à l’agent de CTU pendant ses cours.

Des » interrogateurs » américains ont confirmé cette mauvaise influence de Jack Bauer sur le terrain. Parmi eux, Tony Lagouranis, 37 ans, en poste à Abou Ghraib en 2004, qui contrôle aujourd’hui les entrées d’un bar de Chicago. Interrogé par Tara McKelvey pour son livre » Monster » sur les causes des sévices de la prison d’Abou Ghraib en Irak, il se souvient par exemple de confrères discutant de l’idée, repérée dans la série, de laisser des détenus dans une pièce voisine d’où ils pourraient entendre d’autres détenus torturés.

Mais si les gradés tiennent à corriger la mauvaise impression que fait Jack Bauer, les fidèles de la Maison Blanche apprécient au contraire » 24 Heures Chrono » , dont le message » à situation exceptionnelle, moyens exceptionnels » , rejoint l’argument de George Bush depuis les attentants du 11 septembre. L’an dernier, la Heritage Foundation, un think tank ultra-républicain, organisait une conférence » 24 et l’image américaine dans la lutte contre le terrorisme : les faits, la fiction et est-ce qu’il faut s’en soucier ? » , mêlant parmi les intervenants trois acteurs de la série et le secrétaire à la sécurité intérieure, Michael Chertoff.

Autre exemple en juin, dans une conférence juridique internationale à Ottawa, au Canada, lorsqu’un magistrat canadien s’est dit soulagé à l’idée que les juges ne prennent pas leur décision en se demandant ce que ferait Jack Bauer dans une telle situation. Antonin Scalia, un des juges les plus à droite de la Cour Suprême, lui, a défendu les pratiques de Bauer : en période de crise, les agents fédéraux ont besoin de plus de liberté, a-t-il expliqué. Après tout, » Jack Bauer a sauvé Los Angeles, il a sauvé des milliers de vies… »

source : http://www.rue89.com/2007/09/16/jack-bauer-modele-controverse-pour-lantiterrorisme-americain

Laisser un commentaire

 

Play it again, Sam |
CABINE OF THE DEAD |
film streaming |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | inderalfr
| PASSION MARILYN M.
| Manga-zone