4. Articles de presse

Posté par kiefersutherlandnews le 15 septembre 2010

10 septembre 2010

Image de prévisualisation YouTube

Source : YouTube

4. Articles de presse dans ACTUALITE 71471310_sept_2010_kiefer_statue_grand_pere

 

Kiefer Sutherland tient de la main la statue de son grand-père, l’ancien premier ministre de la Saskatchewan (Canada)

Leader-post

Kiefer inaugure la statue de son grand-père Tommy Douglas, conçue et offert à la ville de Weyburn par le sculpteur Léa Vivot.

La mère de Kiefer (la fille de Tommy Douglas) n’est pas en assez bonne santé pour assister à l’inauguration et Rachel la sœur jumelle de Kiefer été aussi indisponible en raison de ses engagements. C’est donc Kiefer qui dévoilera la statue.

La statue en bronze de Douglas a été dévoilé sur la promenade du bord de l’eau le long du pont Third Street à 15h ce vendredi.

Une réception à la Royal Canadian Legion suivra la cérémonie

Source : Weyburnthisweek.com

  

La huitième et dernière saison de 24h débute ce soir sur Be1

 24h_saison8 dans ACTUALITE

Source : Télé-Radio

20/09/2010 – 15h38

Ultime marathon pour l’agent Jack Bauer qui, en 24 heures chrono, va définitivement perdre toute humanité.

Après huit saisons passées à combattre les terroristes en tout genre, voilà l’increvable agent Jack Bauer prêt à raccrocher les gants. Il ne rêve que de ça! On croit même, en ce début de huitième année, qu’il savoure déjà sa retraite. « Le premier épisode s’ouvre sur un moment de bonheur que Jack partage avec sa fille et sa petite-fille, révèle Kiefer Sutherland, son interprète. Ça fait d’ailleurs longtemps qu’on ne l’avait pas vu heureux. »

Ce répit, on s’en doute, sera de courte durée. Rappelé à l’ordre par son irrépressible patriotisme, mais aussi par Allison Taylor (Cherry Jones), la présidente des Etats-Unis, Jack va devoir, pour sa mission finale, assurer la signature d’un important traité de paix conclu entre les USA et un pays fictif du Moyen-Orient. Inutile de souligner que de nombreuses embûches vont venir lui pourrir la vie et que les traîtres seront légion. Heureusement pour lui, il pourra compter une nouvelle fois sur le soutien inconditionnel de la sympathique Chloé (Mary Lynn Rasjkub, présente depuis la saison 3), mais aussi de Renée Walker (Annie Wersching). Son double au féminin, rencontré l’année précédente et dont le sombre passé sera mis au jour. Il pourrait même y avoir de l’amour dans l’air entre elle et Jack!

Filmée cette fois-ci dans les rues de New York, la série ne sera jamais allée aussi loin dans sa mise en scène. Si le suspense est toujours présent et les surprises encore une fois au rendez-vous (quelques fantômes du passé s’apprêtent à resurgir), certaines séquences de torture – d’une violence inégalée et insoutenable – vont en choquer plus d’un vers la fin de la saison. Jack va trop loin, c’est certain. Kiefer Sutherland, lui, n’en a que faire: « La seconde partie de cette saison recèle certainement les meilleures scènes que nous ayons jamais mises en boîte ». C’est vite dit.

Pour cette der des ders, tout semble donc permis. Est-ce vraiment pour autant la fin de 24 heures chrono? Après tout, on a longtemps évoqué l’idée d’un film qui se déroulerait sur deux heures de temps! Pourtant, si Sutherland (également producteur exécutif de la série) semble avoir remué ciel et terre pour maintenir sa fiction en vie une année supplémentaire, l’idée d’un long métrage semble s’éloigner de plus en plus. Quand bien même la conclusion donnée à la série permettrait à celui-ci d’être mis en chantier un jour. Pour l’heure, Sutherland tourne dans Melancholia, le nouveau film de Lars von Trier. A mille lieues de Jack Bauer.
Sébastien Barké

20 septembre: 20h45 BE TV 24 heures chrono saison 8

Katie Holmes & Julianne Moore Join Kiefer Sutherland & sa petite amie(Fiancee?) Siobhan Bonnouvrier (PHOTOS)

Est-ce que Kiefer Sutherland s’est finalement fiancé avec Siobhan Bonnouvrier? La question s’est posée la première fois lorsqu’elle a été photographiée en août durant ses vacances en Italie avec un diamant à la main gauche , elle avait encore l’anneau au doigt lors du diner de gala organisé à l’occasion de l’expo de  Calvin Klein.A cette soirée, il y avait aussi  Julianne Moore et Katie Holmes, qui est la fille parfaite de Calvin selon le designer Francisco Costa. KIEFER-SUTHERLAND-ENGAGED SIOBHAN-BONNOUVRIER-RING  Merci Monkief         Source : huffingtonpost.com

Kiefer Sutherland dans « Twelve »

Twelve

Dans ce film de Joël Schumacher qui sort aujourd’hui dans les salles réunionnaises, il faut savoir que le narrateur (dans la version originale) n’est autre que Kiefer Sutherland alias Jack Bauer de la série « 24 heures Chrono ».

Entre Sutherland et Schumacher, c’est une amitié qui date depuis très longtemps. Ils se sont rencontrés sur le plateau de « Génération perdue » en 1987 et se retrouvent quelques années plus tard sur le tournage de « L’expérience interdite » avec Julia Roberts et Kevin Bacon. En 2003, Kiefer devient pour la première fois une sorte de « narrateur » pour le film « Phone Game » de Schumacher. Il y incarne plus précisément, l’interlocuteur de Colin Farrell qui n’apparait que quelques secondes à la fin du film. Dans « Twelve », c’est rebelote. 

Source : Antenne Réunion

Interview avec Kiefer Sutherland

Live from Hollywood | Publié le 14.10.2009

 1255512454_max

Rencontrer Jack Bauer, c’est un peu avoir devant soi le dernier des grands justiciers. Qu’on approuve ou pas le comportement de cet agent, le fait est que la série “24 heures Chrono” est un succès mondial. Et récemment, la série s’est même lancée dans le téléfilm, avec une spéciale d’une heure et demie, tournée en Afrique du Sud, et intitulée “Rédemption”. Objectif : relier une saison à l’autre de manière un peu différente. Le but de cet article n’est pas de vous révéler ce qui va se passer au cours de la nouvelle saison, mais de faire plus ample connaissance avec mon voisin de quartier à Los Angeles. Un acteur cool, qui aime trainer en jogging dans les vieux cafés et produire des groupes de rock qui feraient passer la “Zanzana” de Karim Ben Amor pour de la musique de chambre. Kiefer Sutherland vient de rentrer dans la pièce et tout de suite, le ton est donné. Il me demande, en français, pourquoi il ne me voit plus chez “millie’s”, le diner sur Sunset. “Trop de boulot”, je réponds, surtout depuis que je couvre la politique américaine. “Good for you, man”. Cela prouve bien que l’agent le plus controversé de la fiction américaine est un “obamaniaque”.

Ramzy : Tu as démarré la série à l’âge de 34 ans, et tu en as aujourd’hui 42. Comment tu fais pour rester dans le personnage tout en amenant à chaque saison quelque chose de plus ? Après tout, lui aussi change avec les années.

Kiefer Sutherland :  Il faut rester en forme et, physiquement, il faut s’adapter. Je me souviens de la soirée organisée par la Fox pour le 150e épisode de la série. Ils ont projeté un documentaire sur les coulisses de 24 Heures Chrono et un bêtisier. Ils ont fait une séquence qui allait de la première saison à la sixième. Plus les images défilaient et plus on réalisait qu’on avait pris un coup de vieux. On jouait au foot et au bout de la quatrième saison, plus personne ne pouvait courir pour rattraper le ballon! C’est là qu’on se rend compte qu’on a laissé passer les meilleures années de notre vie avec cette série. Je suis conscient que j’ai changé. Alors, j’essaye d’incorporer ces transformations à mon personnage dans la série. Jack Bauer est tellement complexe qu’il faut garder en tête tout ce que je dois faire, en tant qu’acteur, pour que Jack soit crédible. J’essaie donc toujours d’avoir suffisamment d’heures de sommeil, d’aller faire du sport, et de combattre “la gravité” en quelque sorte (rires…)

Ramzy : Qu’est-ce qui a changé dans ta vie depuis cette série ?

Kiefer Sutherland : J’ai toujours les mêmes hobbies, j’aime le hockey, le ski et la musique. Je prends encore plus de plaisir qu’avant à faire ces activités car je les apprécie davantage. Je me sens beaucoup plus à l’aise qu’à la fin de la première saison où on se cherchait vraiment. Les scénaristes te le diront, ils n’étaient même pas sûrs, à l’époque, de pouvoir écrire 24 épisodes en temps réel. Au début, on pensait en faire 13. Finalement, on a continué et j’ai finalement compris que ma vie tournerait autour de la série. Et récemment, il y a eu la grève des scénaristes hollywoodiens. C’était difficile pour tout le monde car on était tous dans une position d’incertitude. Cela touchait tout le monde : les acteurs, les réalisateurs, les costumiers. Ce n’était pas le genre de situation où on pouvait se dire : « C’est génial, je peux faire un break pendant 4 mois! ». On était vraiment conscient de la gravité de la situation. Mais hormis cela, je n’ai pas trop changé, j’adore toujours ce que je fais.

Ramzy : Tu pourrais être un agent comme Jack Bauer ?

Kiefer Sutherland : J’ai eu la chance de rencontrer des gens qui font ce métier. En fait, il y a une semaine, j’ai rencontré une femme qui fait exactement ce qu’on fait au CAT. Elle est à la tête de cette section à Philadelphie. J’ai réalisé que dans la réalité, ils font beaucoup plus que ce que je fais dans la série. J’ai même rencontré un expert du contre-terrorisme à la CIA qui m’a avoué qu’il en voulait à sa mère, elle aussi agent au CAT, car elle n’était pas aussi rapide que Jack Bauer. Je me suis empressé de dire pardon à sa maman (rires…). Ce que j’ai surtout appris en rencontrant ces gens, c’est qu’ils sont très compétents, très patients aussi, et que ce qu’ils font n’a rien à voir avec ce qu’on fait dans la sNous fabriquons une fiction. Ce n’est donc pas la réalité. Notre travail est de tenter de trouver un juste équilibre entre le divertissement et une certaine réalité pour que le public puisse être intéressé.

Ramzy : Tu es bon tireur ?

Kiefer Sutherland : Je me débrouille. Je pense que je me suis amélioré. Le plus bizarre est que je n’aime pas les armes à feu. Mais je suis capable de démonter et remonter une arme les yeux fermés. Ça fait un moment que j’en porte une. Donc, je suis capable de tirer un peu mieux. Je suis également plus conscient de ce qu’on peut faire avec une arme, et quand je regarde comment je tenais mon flingue dans la première saison, je me trouve bien meilleur maintenant.

Ramzy : Qu’est-ce qui fait la force de Jack Bauer et de la série ?

Kiefer Sutherland : Chacun a ses raisons d’aimer cette série. Depuis le début, en rencontrant des gens et leur demandant ce qu’ils apprécient chez mon personnage, ils me répondent tous que Jack Bauer ne gagne pas tout le temps. Il a beau sauver le président dans la première saison, il perd quand même sa femme. Dans la saison 2, sa fille ne veut plus le voir, dans la saison 3, il a une relation avec le personnage joué par Kim Raver et finalement, ça ne marche pas. Il fait toujours bien son boulot mais cela entraine chaque fois des conséquences plus ou moins négatives sur sa vie privée. Finalement, c’est pareil pour tout le monde. Les gens font leur boulot et réussissent à avoir un toit sur leur tête, mais ce n’est jamais facile. Personne ne peut se reposer sur ses lauriers. C’est vraiment cela qui me permet de m’identifier à ce personnage et, je pense, le public aussi. Il est vrai qu’au cinéma, au théâtre et à la télé, le public veut que le héros gagne. Dans l’écriture de la série, je commence à sentir une vraie évolution vers un dénouement de ce genre.

Ramzy : Qu’est-ce que tu regardais à la télévision avant de démarrer 24 Heures Chrono ?

Kiefer Sutherland : J’ai réalisé un petit film intitulé “Last Light” avec Forest Whitaker et Amanda Plummer. C’était un drame sur un condamné à mort, et qui traitait de la peine de mort ici aux Etats-Unis. On l’a fait pour 1,2 million de dollars, c’est-à-dire pas grand-chose. A l’époque, je regardais la série “Urgences”. On me l’avait conseillée à cause de leurs mouvements de caméra. Je suis immédiatement devenu accro.
J’ai contacté les gars de la série pour leur poser plein de questions sur le coût d’un épisode, la façon de filmer, le nombre de répétitions avant de tourner la scène. Cette série avait un look extraordinaire. J’ai réalisé soudain que toutes ces qualités qu’on ne voyait plus au cinéma, on les retrouvait dans les séries télé, comme “Urgences” ou “NYPD Blue”. Je me suis aperçu que la vraie innovation venait du petit écran et je m’y suis intéressé davantage. Il y a eu “West Wing,” “Les Soprano”, “Sex and The City”. A partir de là, j’ai commencé à retrouver tout ce que j’aimais dans les films à la télé. Puis “24 Heures Chrono” est arrivé.

Ramzy : Des acteurs de télé en particulier que tu apprécies ?

Kiefer Sutherland : Il y en a beaucoup. David Duchovny, par exemple. Je l’ai découvert dans “X-Files” et il est absolument génial dans “Californication”. Martin Sheen dans “West Wing”. Anthony Edwards et George Clooney à la grande époque d’Urgences. C’est vraiment pour eux que je regardais ces séries.

Ramzy : Cela n’a rien à voir, mais je viens de réaliser, de mon côté, que tu es grand-père… à 42 ans…

Kiefer Sutherland : C’est phénoménal. Je n’oublierai jamais le mariage de ma fille Michelle. En fait, son père est décédé lorsqu’elle avait 3 ans et je l’ai en quelque sorte remplacé quand j’ai épousé sa mère. Les deux plus beaux jours de ma vie, c’est d’abord son mariage en Ecosse il y a presque 6 ans, et ensuite, le jour où elle a accouché. Quand elle était petite, elle avait des problèmes de santé, donc j’étais assez inquiet pour le bébé qu’elle allait avoir. J’ai poussé un grand soupir de soulagement quand j’ai vu que le bébé et la maman allaient bien. Il était tard, je venais de terminer ma journée de tournage sur “24 Heures Chrono”. Elle venait à peine de rentrer à l’hôpital. Apparemment, elle devait y rester pour un long moment mais elle a accouché 10 minutes plus tard. Je n’oublierai jamais cette joie et l’excitation que j’ai pu avoir lorsqu’elle a donné naissance à son bébé. Et j’ai retrouvé la même joie, encore plus immense, quand ma fille Sarah est née. C’est très intéressant de voir ses enfants élever leurs propres enfants et faire face aux difficultés que ça entraîne. Mon petit-fils est super drôle, c’est le seul garçon de la famille. Il est entouré de filles donc il a toute l’attention pour lui. C’est super à voir.

Ramzy : Dernière question : tu as toujours ton label de musique ?

Kiefer Sutherland : Oui, c’est “Iron Works Music” et on a quatre groupes sur ce label. “Honey Honey”, “Robert and the Burden,” “Billy Boy on Poison” et un jeune artiste anglais qu’on vient de signer qui s’appelle Jim Stapeley. C’est une aventure dont je suis très fier. C’est très gratifiant de voir ces artistes évoluer, et surtout de pouvoir les aider car la situation du marché du disque n’est pas facile. Donc, pouvoir écouter la musique que j’aime, le rock, et aider ces jeunes à produire leurs morceaux, c’est vraiment que du bonheur.

Propos recueillis par Ramzy Malouki

Laisser un commentaire

 

Play it again, Sam |
CABINE OF THE DEAD |
film streaming |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | inderalfr
| PASSION MARILYN M.
| Manga-zone